Mythes et réalités Imprimer

Il y a beaucoup de croyances et d’idées fausses qui circulent à propos des victimes et des auteurs de harcèlement sexuel. Ces préjugés rendent la vie particulièrement difficile aux femmes car ils tendent à les culpabiliser et, par conséquent, à déresponsabiliser les hommes.

  • Les femmes provoquent le harcèlement sexuel par leur habillement ou leur attitude

    N’importe quelle femme risque d’être harcelée sexuellement. L’habillement ou l’attitude est souvent un argument invoqué après coup par l’auteur pour se défendre de ses actes. Une étude a montré que les femmes qui prenaient des mesures de protection, comme porter une alliance, poser la photo de leur mari sur le bureau, s’habiller de façon non provocante, étaient plus harcelées que celles qui n’en prenaient pas.
  • Les femmes sont consentantes, elles aiment cela

    Le harcèlement sexuel n’est jamais une partie de plaisir. Il est non désiré, il déstabilise, il perturbe. C’est un acte de domination qui dérange, qui humilie, qui insulte, qui agresse. De plus, s’il y avait consentement, il n’y aurait pas de harcèlement sexuel.
  • Les femmes font de fausses accusations

    Statistiquement, il n’y a ni plus, ni moins de fausses accusations que dans d’autres délits. Le parcours pour déposer une plainte est long et difficile. Il n’y a donc aucun intérêt pour une personne à faire une fausse accusation.
  • Les femmes visent des avantages

    Si les femmes décident d’avoir des relations sexuelles avec leur supérieur pour obtenir une promotion, il ne s’agit pas de harcèlement sexuel. Dans une société où l’égalité entre femmes et hommes serait véritablement appliquée, les femmes n’auraient qu’à faire valoir leurs compétences et n’auraient pas besoin d’utiliser ce moyen.
  • Les femmes se vengent

    Les femmes n’ont aucun intérêt à se plaindre de harcèlement sexuel par vengeance. Elles ont plus à perdre qu’à gagner.

  • Seules les femmes jeunes et jolies sont victimes de harcèlement sexuel

    Le harcèlement sexuel n’a rien à voir avec la jeunesse et la beauté. Des femmes de tout âge risquent d’être harcelées. Ce n’est pas l’attirance physique qui dicte la conduite du harceleur, mais la volonté de dominer sa victime.
  • Les hommes sont attirés par la pornographie

    C’est une généralisation abusive. Tous les hommes n’apprécient pas la pornographie et certains se sentent même gênés par les calendriers ou revues qui circulent sur les lieux de travail.

  • Les harceleurs n’ont pas de mauvaises intentions, ils s’amusent

    Selon la loi, l’intention de l’auteur n’est pas prise en compte. Cependant, pour l’auteur, le but est de déstabiliser la personne. Quand les auteurs, une fois épinglés, disent qu’il ne s’agissait que d’une blague, c’est pour se disculper. Le harcèlement sexuel n’est jamais une plaisanterie pour la personne qui le subit.
  • Les harceleurs sont des malades

    Si le harcèlement sexuel est interdit par la loi, il est, par contre, largement toléré socialement. Les plaisanteries sexistes, abondamment présentes sur les lieux de travail, le prouvent. Toutes ces personnes ne sont pas malades pour autant.
  • Les hommes qui harcèlent des hommes sont des homosexuels

    Le harcèlement sexuel n’a rien à voir avec l’attirance sexuelle. Les hommes qui harcèlent d’autres hommes le font généralement parce que ces derniers ne correspondent pas à l’image dominante que l’on se fait d’un homme viril.